Strong Pay Equity Decisions from Supreme Court of Canada

The Supreme Court of Canada released decisions in two appeals heard in October, 2017, making strong and significantfindings that will further the analysis of women’s equality and systemic discrimination. These cases are the first equality challenges under section 15 of the Charter of Rights and Freedomsbrought by women, through their unions and women’s organizations, in which laws were found to violate the Charterbecause of sex discrimination and in which government could not justify the violation.

The Equal Pay Coalition, the Women’s Legal Education and Action Fund (LEAF) and the New Brunswick Coalition for Pay Equity appeared together as the Equality Coalition at the Supreme Court of Canada in both cases: Attorney General of Québec v. Alliance du personnel professional et technique de la santéet des services sociaux, et al. and Centrale des syndicats du Québec, et al. v. Attorney General of Québec, et al.  The Equality Coalition welcomes the Supreme Court decisions, which represent an important step forward in achieving economic justice for women.

At issue in these cases was women’s access to pay equity in female-dominated workplaces such as childcare centres and language interpretation, as well as women’s right to have pay equity maintained over time. Both cases involved challenges to provisions of the Quebec Pay Equity Act. The Equality Coalition urged the Supreme Court of Canada to apply a robust equality analysis that recognized how systemic discrimination structures women’s work, in order to advance women’s right to pay equity and financial equality.

In its two strongly-worded decisions, the Court made a number of key findings for women’s equality and right to pay equity. The Court recognized pay equity as a fundamental human right and expressly acknowledged the systemic nature of pay discrimination. It noted the unfairness of allowing pay inequity to persist, stating that doing so unfairly makes women “the economy’s ordained shock absorbers.” Further, the Court found that restricting women’s pay equity rights discriminates based on sex. The Court acknowledged that women in female-dominated workplaces experience the greatest wage discrimination.

The Court firmly rejected arguments focused on lowering the bar for employers in order to encourage compliance with pay equity laws. The Court stated: “Reducing employers’ obligations in the hopes of encouraging compliance subordinates the substantive constitutional entitlement of women to be free from discrimination in compensation to the willingness of employers to comply with the law. It sends the policy message to employers that defiance of their legal obligations under the Act will be rewarded with a watering-down of those obligations. And it sends the message to female workers that it is they who must bear the financial burdens of employer reluctance.”

“The Court strongly emphasized that women have been, and continue to be underpaid due to systemic sex discrimination that devalues women’s work socially and economically,” says Fay Faraday, co-counsel for the Equality Coalition. “Canada’s Census shows that women experience systemic pay discrimination across all sectors of the economy. The Court’s decision confirms the important role that specialized proactive pay equity laws play in advancing women’s equality.”

Jan Borowy, co-counsel for the Equality Coalition added that vigilance is required to maintain pay equity, to ensure that discriminatory pay gaps don’t re-emerge over time. “The Court’s emphasis that pay equity ‘is not an episodic right’ and that employers are not entitled to any ‘amnesty’ from paying compensation to redress identified discrimination underscores that pay equity must be maintained and be subject to continued enforcement across Canada,” she said.

Shaun O’Brien, LEAF’s Legal Director states: “These will be important cases going forward. They recognize women’s real situation and experiences in the workplace. The Court has understood that women have been deeply disadvantaged in our economy and has signaled that employers should not be accommodated at the expense of women’s fundamental rights.”

“The Court’s recognition of systemic pay discrimination confirms the plight of millions of workers in female-dominated jobs. Our hope is that these cases will prompt all levels of government to act and put in place adequate protections (e.g. legislation) to ensure pay equity for all,” says Johanne Perron, Executive Director of the New Brunswick Coalition for Pay Equity.

The Equality Coalition is grateful to counsel Fay Faraday of Faraday Law and Jan Borowy of Cavalluzzo LLP for their representation in this case. The Coalition is also grateful to the Ontario Federation of Labour for their financial support.

The Equality Coalition’s factum in Centrale des Syndicats du Québecis found here.The Court decision in that case is found here. The Equality Coalition’s factum in Attorney General of Quebec is found here, with the Court decision in that case found here.

For Media Inquiries:

Fay Faraday, 416-389-4399
Jan Borowy, 416-964-5518

About the Equal Pay Coalition:

The Equal Pay Coalition was formed in 1976 to combat pay discrimination and has been operating continuously since then. It is a coalition of organizations across Ontario that seek equal pay for work of equal value (“pay equity”) both through legislation and collective bargaining. The Coalition has over 41 constituent and partner groups across all sectors, including businesses, professional organizations, labour groups and community organizations, which represent Ontario women and men who support equal pay for work of equal value.  The Coalition includes representatives of both unionized and non-unionized workers. The Coalition works in collaboration with many research and policy institutions to advance research and analysis of systemic intersectional sex discrimination in the economy.

About the Women’s Legal Education and Action Fund (LEAF):

Since April 17, 1985, when equality rights were enshrined in sections 15 and 28 of the Charter of Rights and Freedoms, LEAF has used litigation, law reform and public education to work toward equality for women and girls. LEAF intervenes in key cases to ensure that when courts interpret equality rights, there will be a systemic improvement in women’s lives. For more information about LEAF, visit www.leaf.ca.

About the New Brunswick Coalition for Pay Equity:

The New Brunswick Coalition for Pay Equity is a group of individuals and organizations that educates and advocates for the adoption and the implementation of adequate legislation in order to achieve pay equity for all workers in both the public and private sectors. For media inquiries directly to the New Brunswick Coalition for Pay Equity, please contact:

Rachel Richard, Public Engagement Officer
Tel / Tél.: 506.855.0002
[email protected]

La Cour suprême du Canada rend d’importantes décisions sur l’équité salariale

La Cour suprême du Canada a tranché deux appels sur lesquels elle avait statué en octobre 2017 et a tiré d’importantes conclusions qui permettront d’approfondir l’analyse sur l’égalité des femmes et la discrimination systémique. Ce sont les premières contestations portant sur l’égalité présentées, en vertu de l’article 15 de la Charte des droits et libertés, par des femmes – par l’entremise de leurs syndicats et de leurs organismes –, où la Cour a déterminé que les lois contrevenaient à la Charteen raison de discrimination fondée sur le sexe et où le gouvernement ne pouvait pas justifier la violation.

Regroupées sous le nom de Coalition pour l’équité, la Coalition pour l’équité salariale, le Fonds d’action et d’éducation juridique pour les femmes (FAEJ) et la Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick ont fait front commun devant la Cour suprême du Canada dans les deux causes : Procureure générale du Québec c. Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux, et al. et Centrale des syndicats du Québec, et al. c. Procureure générale du Québec, et al. La Coalition pour l’équité accueille favorablement les deux décisions, qui marquent une importante étape vers l’atteinte de la justice économique pour les femmes. Était en jeu dans ces causes : l’accès à l’équité salariale pour les travailleuses occupant des postes à prédominance féminine, comme le personnel de garderie et les interprètes, ainsi que leur droit à maintenir l’équité à l’avenir. Dans les deux cas, la Coalition contestait certaines dispositions de la Loi sur l’équité salarialedu Québec afin de faire avancer le droit des femmes à l’équité salariale et financière; elle a recommandé vivement à la Cour de s’appuyer sur une analyse rigoureuse qui montre en quoi la discrimination systémique influence le travail des femmes.

Grâce aux deux décisions sans équivoque rendues par la Cour, la cause des femmes a obtenu un bon coup de pouce. En effet, le tribunal de dernière instance a reconnu que l’équité salariale constituait un droit fondamental de la personne et a convenu explicitement de la nature systémique de la discrimination salariale. La Cour a souligné qu’il est injuste de perpétuer l’iniquité salariale, car cette injustice cantonne les femmes dans un rôle « d’amortisseurs de l’économie ». De plus, elle a conclu que la limitation des droits à l’équité salariale est une forme de discrimination fondée sur le sexe. Par ailleurs, elle a reconnu que les travailleuses dans les secteurs à prédominance féminine souffrent davantage de discrimination salariale.

La Cour a rejeté les arguments prônant la réduction des obligations de l’employeur dans le but de les encourager à respecter les lois sur l’équité salariale : « Réduire les obligations des employeurs dans l’espoir de les encourager à respecter la loi subordonne le droit substantiel d’ordre constitutionnel des femmes de ne pas faire l’objet de discrimination salariale à la volonté des employeurs de respecter la loi. Les employeurs reçoivent un message selon lequel le non‑respect des obligations légales qui leur incombent en application de la Loi sera récompensé par une réduction de ces obligations.Les travailleuses pour leur part reçoivent comme message que c’est à elles de supporter le fardeau financier du manque d’empressement de l’employeur. »

« La Cour a insisté sur le fait que les femmes ont été sous-payées par le passé et continuent de l’être à ce jour en raison d’une discrimination systémique fondée sur le sexe qui dévalue leur travail tant sur le plan social que sur le plan économique », fait valoir Fay Faraday, une des avocates de la Coalition sur l’égalité. Le Recensement du Canada montre que la discrimination salariale systémique que subissent les femmes sévit dans tous les secteurs de l’économie. La décision de la Cour confirme l’importance qu’ont les lois proactives axées spécifiquement sur l’équité salariale dans l’avancement de l’égalité des femmes. » Jan Borowy, une autre avocate représentant la Coalition, affirme qu’il faut faire preuve de vigilance pour maintenir l’équité salariale et éviter la réapparition des écarts salariaux discriminatoires plus tard. « En faisant valoir que l’équité salariale “n’est pas un droit intermittent” et que les employeurs n’ont droit à aucune “amnistie” les exemptant de verser une indemnité pour réparer la discrimination décrite, la Cour met en évidence qu’il faut maintenir l’équité salariale et continuer à l’appliquer partout au Canada », dit-elle. Selon la directrice des services juridiques du FAEJ, Shaun O’Brien, « Ces décisions s’avéreront d’une grande importance, car elles reconnaissent la réalité des travailleuses. La Cour a compris que les femmes souffrent énormément de disparités économiques et a indiqué qu’il faut éviter d’adapter des mesures favorisant les employeurs au détriment des droits fondamentaux des femmes ».

« En reconnaissant que la discrimination salariale systémique existe bel et bien, le Cour suprême du Canada confirme le sort de millions de femmes qui occupent des postes à prédominance féminine. Nous espérons que ces décisions inciteront tous les niveaux d’administration publique d’agir et de mettre en place une protection adéquate (c’est-à-dire des lois) pour assurer l’équité salariale pour tous les travailleurs et travailleuses », affirme Johanne Perron, directrice générale de La Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick.

La Coalition pour l’équité tient à remercier Fay Faraday de Faraday Law et Jan Borowy de Cavalluzzo LLP de l’avoir représentée auprès de la Cour. Elle remercie également la Fédération des travailleurs de l’Ontario pour son soutien financier.

Pour consulter le mémoire de la Coalition pour l’équité dans l’affaire Centrale des syndicats du Québec, cliquez ici. La décision de la Cour se trouve ici.

Pour consulter le mémoire de la Coalition sur l’équité dans l’affaire Procureure générale du Québec, cliquez ici. La décision de la Cour se trouve ici.

Renseignements pour les médias :
Fay Faraday         416-389-4399
Jan Borowy        416-964-5518

La Coalition pour l’équité salariale

La Coalition pour l’équité salariale lutte contre la discrimination salariale depuis 1976. Elle revendique un salaire égal pour un travail de valeur égale (l’équité salariale) et, pour ce faire, elle prône l’adoption de lois et de conventions collectives. Elle compte parmi ses membres plus de 41 groupes et partenaires en Ontario représentant tous les secteurs d’activités : entreprises, organisations professionnelles, syndicats et organismes communautaires. La Coalition défend la cause des syndiqués et des non-syndiqués et travaille de concert avec plusieurs établissements de recherche et groupes de réflexion pour faire avancer la recherche sur la discrimination systémique intersectorielle fondée sur le sexe.

Le Fonds d’action et d’éducation juridique pour les femmes (FAEJ)

Depuis le 17 avril 1985, jour où les droits à l’égalité ont été garantis en vertu des articles 15 et 28 de la Charte des droits et libertés, le FAEJ a recours aux tribunaux, à la réforme de lois et aux campagnes d’information pour promouvoir l’égalité des femmes et des filles. Il intervient dans les cas déterminants pour s’assurer que l’interprétation des droits à l’égalité fournie par les tribunaux se traduise par une amélioration concrète dans la vie des femmes.

Pour de plus amples renseignements sur le FAEJ, consultez le www.leaf.ca.

La Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick

La Coalition pour l’équité salariale du Nouveau-Brunswick est un regroupement de personnes et d’organismes qui fait de l’éducation et de la revendication pour l’adoption de mesures législatives adéquates afin d’assurer l’équité salariale pour toutes les travailleuses et tous les travailleurs des secteurs public et privé.

Pour plus de renseignements sur la Coalition pour l’équité salariale du Nouveau‑Brunswick, veuillez communiquer avec :

Rachel Richard, agente d’action communautaire
Tél. : 506-855-0002
[email protected]
[email protected]