Cette affaire concernait la possibilité d’accéder à des indemnités de la Commission des accidents du travail en raison de harcèlement sexuel et racial sur le lieu de travail.

Le FAEJ a soutenu la plaignante, dont l’identité n’a pas été rendue publique, devant la Direction des audiences de la Commission des accidents du travail.

Faits

La plaignante dans cette affaire, une femme noire, travaillait sur la chaîne de montage d’une usine de Colgate-Palmolive, un lieu de travail composé principalement d’hommes blancs. Elle a été confrontée à six ans de harcèlement sexuel et racial vicieux de la part de ses collègues. En conséquence, elle a subi des dommages physiques et psychologiques qui l’ont amenée à quitter son emploi et elle a été incapable de travailler à l’avenir. La Commission des accidents du travail de l’Ontario a rejeté sa demande de prestations, déclarant qu’il n’y avait aucun lien entre ses tâches professionnelles et les dommages qu’elle avait subis. La femme a fait appel devant le Tribunal d’appel des accidents du travail.

Résultat

L’agent d’évaluation a accordé des prestations à la plaignante, reconnaissant que le harcèlement cause des blessures physiques et émotionnelles.

Le FAEJ remercie Cindy Wilkey et Mary Cornish, avocates dans cette affaire.Nos dossiers sont imparfaits, mais nous faisons de notre mieux pour les mettre à jour – si vous étiez impliqué avec le FAEJ dans cette affaire mais que votre nom n’apparaît pas ici, veuillez nous envoyer un courriel à[email protected]